Nous avons 79 visiteurs en ligne

 

   

Le conseil d'administration de la SNCB a décidé lundi de donner trois mois à AnsaldoBreda, le constructeur italien des trains à grande vitesse Fyra, pour amener les rames au niveau de qualité souhaité, sous peine d'une annulation pure et simple du contrat, a-t-on appris au cours d'une conférence de presse. "Nous sommes pour le dialogue mais AnsaldoBreda ne nous laisse pas d'autres possibilités que de le mettre en demeure", a résumé Marc Descheemaecker, administrateur délégué de la SNCB, après les déboires à répétition qui ont conduit à la suspension du service de trains Fyra entre Bruxelles et Amsterdam.

 

En cas d'annulation du contrat, les paiements déjà effectués par la SNCB, et qui s'élèvent à quelque 35 millions d'euros, sont couverts par des garanties bancaires "et pourront donc être totalement récupérés à la première demande de la SNCB", a assuré Marc Descheemaecker.

 

La SNCB a également décidé de refuser de réceptionner les rames Fyra commandées. L'opérateur ferroviaire devait en effet à l'origine acquérir trois trains à grande vitesse qui n'ont pas encore été livrés, pour 63 millions d'euros, sur un total de 19 rames prévues pour assurer la liaison à grande vitesse entre Bruxelles et Amsterdam. Les autres rames devaient être acquises par les chemins de fer néerlandais (NS), partenaires de la SNCB dans ce dossier.

 

NS, qui a déjà reçu neuf rames Fyra, avait déjà décidé pour sa part, samedi dernier, de suspendre provisoirement la livraison des sept trains restants. La SNCB compte également demander au constructeur italien des avances sur les indemnisations pour livraison tardive.

 

Selon la SNCB, les nombreux soucis techniques vécus par le Fyra sont attribuables à des problèmes techniques, de communication aux Pays-Bas, de perte de puissance et de traction, à des problèmes de porte... "Nous attendons un rapport technique de nos collègues néerlandais, que l'on va étudier avec eux et des spécialistes d'AnsaldoBreda", a encore précisé M. Descheemaecker, sans préciser la date à laquelle est attendu ce rapport.

 

Le patron de la SNCB a aussi rappelé que la conclusion du contrat avec le constructeur italien remontait aux années 2003-2004, à une époque où l'on n'avait pas encore connaissance des problèmes techniques de ces trains dans d'autres pays.

 

En attendant une éventuelle reprise du service des Fyra, et afin d'offrir des solutions de rechange aux voyageurs, la SNCB a notamment décidé la mise en place prochaine d'un service de trains directs entre Anvers et Roosendaal. En outre, les trains réguliers jusqu'Essen et Roosendaal sont renforcés et des trains navettes supplémentaires sont prévus, en semaine, entre Essen et Roosendaal. Le week-end, sept trains directs aller-retour sont prévus entre Anvers et Roosendaal.

 

Après de multiples problèmes techniques ces derniers jours, qualifiés "d'hallucinants" par M. Descheemaecker, le service de train Fyra entre Bruxelles et Amsterdam a été suspendu pour une durée indéterminée.

 

Le ministre Labille demande une étude sur les conséquences d'un abandon du Fyra

 

Le tout nouveau ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, a demandé à la SNCB une étude sur les conséquences juridiques et financières en cas d'abandon du train à grande vitesse Fyra reliant Bruxelles et Amsterdam, a indiqué sa porte-parole lundi. Le successeur de Paul Magnette demande également à la SNCB de garantir le service public et dit rester, dans le cadre de ce dossier, en contact étroit avec son homologue néerlandais.

 

Le conseil d'administration de la SNCB a décidé lundi de donner trois mois au fabricant italien du Fyra, AnsaldoBreda, pour résoudre les graves problèmes techniques rencontrés par le train à grande vitesse, sous peine d'une annulation du contrat.

   

Source: DH.be - 21/01/13

   
 

CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online